Comment rédiger un bon CV en Allemagne?

Supposons que vous savez à peu près les informations qui doivent apparaître dans un CV. Cela n’as pas vraiment changé au fil du temps. On y trouve :

  • les informations personnelles,
  • l’expérience professionnelle
  • les qualifications
  • les informations supplémentaires telles que les récompenses, compétences linguistiques, activités associatives et les loisirs.

Cependant, la différence entre une bonne et une moins bonne candidature se situe au niveau de la présentation de ces informations et de leur ordre.
Quelles sont les dernières normes et à quoi devrez-vous faire attention selon votre expérience, votre situation actuelle et ce que vous recherchez ?

Les normes américaines se généralisent

Alors qu’il y a quelques années la norme en Allemagne était de présenter son CV dans un ordre chronologique, il semblerait que les recruteurs préfèrent à présent un ordre anto-chronologique : c’est-à-dire que l’information la plus récente est présentée en haut de la liste.

En Allemagne, surtout en ce qui concerne les PME, une photo du candidat est appréciée tout comme une présentation sous forme de liste avec la date à gauche, les informations à droite. Pour celui qui évolue ou souhaite évoluer dans un environnement un peu plus international , on peut renoncer aux deux. Cependant, ce qui doit absolument apparaître, c’est une brève description de chaque expérience. Ceci est également possible sous forme de liste de mots-clés.

Sinon :

  • Réduire le CV à une page, maximum 2 pages (pour les candidats expérimentés) et ajuster le cv à l’offre à laquelle vous postulez.
  • Mettre l’accent sur les informations réellement pertinentes pour le poste annoncé.

Au bout du compte, les gestionnaires des ressources humaines doivent être en mesure de déterminer dans un temps très court si vous êtes le bon candidat pour le poste.

Et c’est pour cette raison que les candidats doivent également adapter leur CV à leur situation actuelle.

Débutants: mettre l’accent sur la formation

Les jeunes diplômés qui sortent de l’université, ne peuvent généralement pas présenter une expérience fournie à sa future entreprise. Dans ce cas, vous devrez commencer votre CV par votre éducation. À ce stade de votre vie, c’est votre plus grande qualification. De plus, vous signalisez au recruteur que vous êtes un vrai jeune professionnel.

Les études universitaires, grandes écoles, etc. font partie de votre formation ; le baccalauréat aussi. Il faudra indiquer la date d’obtention et l’établissement dans lequel vous l’avez obtenu. Indiquez la mention si elle est plutôt bonne. Si le sujet de votre mémoire ou de votre diplôme se situe dans la même thématique que l’entreprise pour laquelle vous postulez, n’hésitez surtout pas à le mentionner.

Après le cursus scolaire, arrive l’expérience professionnelle. Indiquez les stages, les job étudiants, ou bien encore d’autres expériences (service civil par exemple). Les stages effectués pendant l’école secondaire n’ont pas besoin d’être présentés ici, sauf si bien entendu, ils ont un lien direct avec la branche de l’entreprise pour laquelle vous postulez.

En plus des compétences pertinentes (compétences informatiques, langues étrangères, etc.), vous pouvez également spécifier des expériences particulières. Celles-ci peuvent être des expériences à l’étranger, le bénévolat, les récompenses ou même passe-temps – en supposant qu’ils sont pertinents pour le poste.

Changement de carrière ou demandeurs d’emploi : axer sur les compétences

Si vous souhaitez vous réorienter complètement ou si vous postulez à une offre pour sortir du chômage, vous ferez face à des inconvénients dus à vote situation actuelle. Ici, il est logique de commencer par l’expérience, les qualifications ou les compétences qui sont pertinentes pour le nouveau poste. Le bloc de l’expérience professionnelle peut être divisé, par exemple, par une partie « expériences pertinentes » et une partie « autres expériences » . Vous commencerez donc avec les postes les plus pertinents pour le nouveau poste.

Si vous deviez n’avoir aucune expérience professionnelle appropriée, vous commencerez plutôt par les qualifications et compétences qui semblent les plus pertinentes pour le poste. Importants ici sont par exemple les formations, les compétences développées auparavant ainsi que les compétences non-techniques. Ensuite, le bloc de l’expérience professionnelle prend la suite.

Faites attention à ce que vous mettiez les informations complémentaires en avant à bon escient. Vous aurez à vous mesurer avec des candidats qui sont susceptibles d’avoir une expérience professionnelle plus adaptée. Qu’est-ce qui vous distingue d’eux? Avez-vous été volontaire pour un projet pouvant retenir l’attention du recruteur ou avez-vous participé à un projet professionnel intéressant pour le nouveau poste ? Avez-vous des passe-temps susceptibles de faire marquer des points pour la nouvelle entreprise ?

Nouveau job et professionnels: on peut en mettre plus

Le candidat qui souhaite changer d’entreprise pourra rester classique et commencer son CV par son expérience professionnelle. S’en suivent la formation, les connaissances et compétences, puis les informations diverses.

Les candidats expérimentés peuvent présenter un CV plus long, avec une deuxième page. Mais attention, plus vous avez accumulé de l’expérience, plus vous devrez vous délester des informations les moins importantes. Si vous avez engrangé beaucoup d’expérience dans votre dernier poste, vous n’avez plus besoin de faire apparaître vos stages d´études. Si vous optez pour le raccourcissement de vos « petites » expériences, attention à rester cohérent dans la manière de les présenter pour faciliter la lisibilité de votre CV.

Dans les pays anglophones, il existe aussi le soi-disant «summary statement» qui donne un bref aperçu de votre profil et contient les arguments les plus forts vous concernant : Résumé de l’expérience professionnelle, les compétences pertinentes, les connaissances particulières. Il sera inséré avant l’expérience. En Allemagne, il est encore assez inhabituel. Toutefois, si vous postulez dans une entreprise internationale, le «summary statement» peut être très utile. Ceci ne vaut pas pour les jeunes professionnels qui n’en ont pas besoin en général.

Conseils emploi